Aller au contenu principal
Je cherche une garde d’enfants

Babysitters bilingues : elles témoignent !

05/02/2020 - Nos babysitters bilingues

babysitter bilingue témoignage interview

 

 

Emma, du site Devenir Bilingue, est allée à la rencontre de deux babysitters bilingues ayant travaillé pour Speaking-Agency, pour mieux comprendre le fonctionnement du babysitting en immersion linguistique, ainsi que son importance dans le développement de l’enfant.

 


Deux babysitters ont été interrogées :


Aïda, une babysitter en anglais dès la sortie d’école, qui s’occupe de deux petites filles de 4 et 6 ans, de 16h30 à 18h30. La communication se fait donc en anglais et la garde reste classique : jeux au parc quand il fait beau, devoirs s’il y en a, etc.


Et Cydney, qui a fait du babysitting bilingue deux fois par semaine (5 heures hebdomadaires). Lorsqu’elle est arrivée, la petite avait 3 ans et en a 5 aujourd’hui.
Devenir Bilingue leur a donc posé plusieurs questions.

 

 

Les enfants ont-ils des difficultés ou un temps d’adaptation ?

 

 

Aïda : Au début, il faut toujours laisser un temps d’adaptation. Les enfants ne doivent pas se sentir perdus, mais s’habituer progressivement. En fonction des situations, il faut introduire progressivement des mots en anglais : par exemple, au moment du goûter, on va nommer tel ou tel aliment, ou les ustensiles utilisés. 

 


Cydney : oui, c’était un peu difficile au début : ce n’est jamais facile de commencer. Mais la petite fille était motivée, car elle avait à l’école des camarades qui parlaient déjà anglais. Elle a donc fait des progrès petit à petit. Faire du babysitting bilingue deux fois par semaine, ce n’est peut-être pas assez : il vaut mieux en faire au quotidien (au moins 5 fois de façon hebdomadaire). 

 


Aïda : les parents ne souhaitent pas que les enfants soient brusqués. L’objectif n’est pas de leur faire peur, ce qui les découragerait assez vite. Il est important d’avoir à l’esprit que beaucoup d’enfants aiment rester dans leur confort ou sont parfois timides. Les babysitters ne doivent pas se braquer pour autant : l’apprentissage se fera dans la durée.

 

 

Quelles activités pour apprendre une langue ?

 

 

Cydney : la petite fille que je gardais adorait chanter (La Reine des Neiges par exemple), ou jouer aux lego.

 


Aïda : Je recommande d’introduire l’anglais dans des activités du quotidien : coloriage, puzzle. 
Faites ces activités en anglais en apprenant aux enfants les couleurs, le matériel utilisé. Cela permet de transposer une nouvelle langue dans leur vie de tous les jours. Il ne faut pas qu'ils voient ça comme un devoir, mais comme un loisir : ils apprennent sans s’en rendre compte.

 

 

Comment avez-vous appris l’anglais ?

 

 

Aïda : En ce qui me concerne, j’ai de la famille qui vit à l’étranger (aux États-Unis) et qui parle anglais avec moi depuis l’enfance. En plus, je suis des études d’anglais à la Sorbonne. J’ai donc toujours baigné dans cet univers anglophone. L’agence Speaking-Agency est sensible à ce genre d’expériences, et teste nos capacités en babysitting classique et bilingue lors de l’entretien.

 


Cydney : Je suis américaine : l’anglais est donc ma langue maternelle et j’ai commencé à apprendre le français au lycée, apprentissage que j’ai ensuite continué pendant mes études. Je vis en France depuis quatre ans et je viens d’obtenir un Master en psychologie et développement. Les questions de développement de l’enfant (notamment par l’apprentissage des langues) me sont donc familières.

 

 


Quelles ressources ont été fournies par l’agence ?

 

 

Aïda : Speaking-Agency nous procure des mallettes d’activités à faire avec les enfants, comme par exemple, un mémo des fruits en anglais et en français. Une fois que les familles ont reçu cette mallette : les parents peuvent continuer à pratiquer l’activité avec leurs enfants, même quand la babysitter n’est pas là.

 

 

Etes-vous accompagnées par l’agence ?

 

 

Aïda : Oui. Speaking-Agency organise tous les mois des lunchtime workshops : on peut rencontrer d’autres babysitters et échanger. Il y a un vrai suivi de leur part. 

 


Cydney : j’aurais pu faire ça toute seule, mais je suis contente d’être passée par une agence : ils sont là si on a des soucis  et proposent des activités à faire avec les enfants.

 

 

Un conseil pour les parents qui hésitent ?

 

 

Aïda : apprendre une langue peut devenir très compliqué si on s’y met tard. Quand on est petit, on assimile beaucoup plus rapidement du nouveau vocabulaire. Et de nos jours, les gens qui parlent plusieurs langues sont très recherchés, notamment dans le monde professionnel.

 


Cydney : je pense que c’est très important pour les enfants de rencontrer des gens qui parlent d’autres langues que la leur. Par exemple, dans la famille où je travaillais, je parlais en anglais au petit frère alors qu’il était encore bébé. Aujourd’hui, il comprend encore mieux que sa sœur, parce qu’il a été imprégné plus jeune.
 

 

Pour revoir la vidéo, c'est ici : 


 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Derniers articles

Activités en anglais à faire à la plage

Si vous êtes en famille à la plage, nous vous…

Optez pour une nounou bilingue à la rentrée

Et si, pour votre garde d'enfants dès la…

3 idées pour réviser l'anglais pendant les vacances (2)

Toujours à cours d'idées pour réviser l…

les commentaires récents
Christine Myburgh - 4 mai 2018

Je voudrais savoir si vous avez une liste des…

Christine Myburgh - 4 mai 2018

Je voudrais savoir si vous avez une liste des…

Monica - 4 mai 2018

Bonjour, je cherche les écoles bilangue francais-…

À lire aussi